Le 27/03/2019 L'emploi du temps

L'EMPLOI DU TEMPS Laurent Cantet - France - 2001 - 134 minutes MERCREDI 27 MARS à 20h Vincent, un consultant en entreprise, cache à son épouse qu'il a perdu son emploi. Pour subvenir à ses besoins, il commence à monter des escroqueries. Pris dans un engrenage, il se trouve amené à travailler pour un malfaiteur expérimenté. « C'est un modèle assez incroyable de création d'une fiction du travail, dont j'ai pioché quelques éléments, comme les arnaques financières sur les proches. Mais à peu près tout le reste du film est à l'opposé de cette histoire: le mensonge ne sert pas de protection, le personnage n'est pas un psychopathe. » (Laurent Cantet).

En savoir plus...

Le 19/03/2019 WATER

WATER

Water-Deepa Mehta - Inde/Canada - 2005 - 117 min

MARDI 19 MARS à 20h

1938, alors que le parti de Gandhi prône plus de droits pour les femmes, le film nous montre le destin d’un groupe de veuves recluses dans un temple. Il se focalise sur les relations entre une jeune veuve avide d’émancipation et un jeune homme d’une caste élevée mais imprégné des idées de Gandhi.

Film magnifique dénonçant les conditions de vies que subissaient les veuves dans l’Inde traditionnelle, il se veut aussi un plaidoyer sur la condition des femmes en général dans la société indienne actuelle.

En savoir plus...

Le 20/03/2019 LA SIRÈNE DU MISSISSIPI

LA SIRÈNE DU MISSISSIPI François Truffaut – France - 1970 -123 min

MERCREDI 20 MARS à 20h

Louis Mahé, un Français installé à La Réunion, attend le "Mississipi" et accueille sa fiancée Julie Roussel dont il a fait la connaissance grâce à une petite annonce. La jeune fille qui arrive ne ressemble pas à celle qu'il attendait mais Louis n'est pas déçu car elle est ravissante...

FT à Catherine Deneuve : «Avec La Sirène, je compte bien montrer un nouveau tandem prestigieux et fort : Jean-Paul [Belmondo] aussi vivant et fragile qu’un héros stendhalien, et vous, la sirène blonde dont le chant aurait inspiré Giraudoux. »

En savoir plus...

Le 13/03/2019 PROFESSION : REPORTER

PROFESSION : REPORTER

Profession : reporter - Michelangelo Antonioni - USA/Italie - 1975 - 126 min

MERCREDI 13 MARS à 20h

Qui n'a pas rêvé un jour de changer d'identité ? Pour David Locke, reporter qui n'y croit plus, l'occasion se présente à la lisière d'un désert d'Afrique noire. Dans un hôtel perdu, il maquille sa propre mort et se fait passer pour un autre.

« Je considère Profession : reporter comme un de mes films les plus aboutis au niveau de l'esthétique. Je considère également que c'est un film politique puisqu'il traite des rapports de l'individu avec la société.» (Michelangelo Antonioni).

En savoir plus...

Le 12/03/2019 LA REPETITION

LA RÉPÉTITION
Catherine Corsini – France – 2001 - 96 min

MARDI 12 MARS à 20h

Louise et Nathalie, trentenaires, se retrouvent par hasard, après s'être perdues de vue pendant dix ans. Louise est prothésiste dentaire et a pour petit ami Nicolas. Nathalie est maintenant comédienne de     théâtre, ce dont rêvait aussi Louise. Les deux comédiennes, Pascale Bussières et Emmanuelle Béart, sont formidables. La première a l'opacité obstinée qui crédibilise son person- nage ; la seconde survole les (d)ébats avec une aisance ébouriffante. Une plongée talentueuse, intelligente et sensible dans le cœur de deux femmes.

En savoir plus...

Le 6/03/2019 SOURIRES D'UNE NUIT D'ÉTÉ

SOURIRES D'UNE NUIT D'ÉTÉ Sommarnattens leendeI - Bergman - Suède - 1956 - 82 min MERCREDI 6 MARS à 20h

Quatre couples se retrouvent dans un château la nuit de la Saint-Jean au cours de laquelle ces couples se déferont et se referont. Après une série d'imbroglios l'amour triomphe des conventions.

Sourires d’une nuit d’été est pour Bergman l’occasion de réaliser une comédie et de jouer avec les codes du genre en déclinant les combinaisons de couples dans un cadre apparte- nant pleinement au marivaudage. Authentique chef-d'œuvre, cette comédie compte parmi les films les plus euphorisants du réalisateur..

En savoir plus...

Le 13/02/2019 MONIKA

MONIKA
Sommaren med Monika - Igmar Bergman - Suède - 1952 - 87 min

MERCREDI 13 FÉVRIER à 20h

Monika est vendeuse, Henrik garçon-livreur. Tous deux rêvent d'évasion, s'enfuient et trouvent refuge sur une petite île où ils vivront quelque temps d'un bonheur hédoniste avant que la réalité ne s'impose.
Drame réaliste d'un couple

cherchant à échapper à la misère et à la société ambiantes, chronique de deux êtres épris de liberté. Le film fut à sa sortie l'objet de divers malentendus en raison de la liberté sexuelle dont il témoignait. Avec Harriet Anderson, remarquable !

En savoir plus...

Le 6/02/2019 LE SEPTIÈME SCEAU

LE SEPTIÈME SCEAU Det Sjunde inseglet - Igmar Bergman - Suède - 1957 - 102 min

MERCREDI 6 FÉVRIER à 20h

Le chevalier Antonius Block revient de croisade avec son écuyer Jöns dans un pays ravagé par la peste noire. Au hasard de diverses rencontres il découvre les joies simples de la vie et défie la mort.

Bergman : « Le Septième sceau est une allégorie dont le thème est fort simple : l'homme, sa recherche éternelle de Dieu, avec la mort comme seule certitude. » Au-delà de cette thématique chère à son auteur, on admirera la beauté et la poésie du film.

En savoir plus...

Le 30/01/2019 LA BALADE SAUVAGE

LA BALADE SAUVAGE
Badlands - Terence Malick - USA - 1975 - 94 min MERCREDI 30 JANVIER à 20h

Au fin fond du Dakota, face à l’incompréhension et l’hostilité de leur entourage, une jeune fille naïve et son boy-friend se lancent dans une cavale sanglante et désespérée.

Dès son premier film Malick pose les fondements de son œuvre à venir, l’incommunicabilité entre les êtres et la nature transcendante. La gueule d’amour de Martin Sheen et la fragilité de Sissy Spacek font le reste

En savoir plus...

Le 23/01/2019 LES CHASSES DU COMTE ZARROFF

Mercredi 23 janvier 2019 à 20h
Cinéma Juliet-Berto (Place Saint-André, Grenoble)

En partenariat avec LE FESTIVAL DES MAUDITS FILMS 2019

LES CHASSES DU COMTE ZAROFF
THE MOST DANGEROUS GAME

(Ernest B. Schoedsack et Irving Pichel - États-Unis - 1932 - 63 min)

. « Les Chasses du Comte Zaroff constitue, en tout état de cause,
un cauchemar à visée morale servi par une absence de sentimentalité et de pathos absolument inoubliabl
e. »
(Jacques Lourcelles, Dictionnaire du cinéma, Robert Laffont, 1992, p. 261) 

Il est, dans l’histoire du cinéma, quelques très rares films qui peuvent être considérés comme des œuvres matricielles. Sans aucun doute, Les Chasses du comte Zaroff fait partie de ce cercle très fermé, et cette position ne tient pas aux indéniables qualités techniques et artistiques déployées par les auteurs du film, pluriel sciemment utilisé car la réussite de Zaroff tient à un véritable travail d’équipe, même si l’apport de Schoedsack reste primordial. Un film, si sublime soit-il, si parfait sa mise en scène puisse être, n’en devient pas pour autant une œuvre matricielle. Il faut que le film fonctionne, frappe les esprits, c’est une condition sine qua non. Mais il faut avant tout que son sujet même possède une forme de simplicité, d’évidence qui puisse permettre à des générations d’auteurs de venir à leur tour broder dessus, de l’utiliser pour développer leurs réflexions philosophiques, morales, sociales ou plus simplement pour éprouver leur maestria de metteurs en scène. Si The Most Dangerous Game est une œuvre matricielle, c’est parce que son thème, un homme chassant ses congénères, contient la promesse de multiples et inépuisables variations cinématographiques. Le brio et l’intelligence de la forme étant le garant que ce thème soit transcendé et que le film puisse s’installer naturellement dans la mémoire collective..

On est happé, et ce quel que soit le nombre de fois où on a déjà vu le film, quel que soit le nombre de fois qu’on ait vu son thème repris ailleurs. Il y a quelque chose de magique et de difficilement cernable qui est ici en jeu, mais une partie de cette magie tient certainement au fait que regarder Les Chasses du comte Zaroff, c’est ouvrir un livre d’images qui nous ramène aux contes de fées de notre enfance : il y a le château, ses cryptes inquiétantes que l’on explore à la lueur d’une bougie, sa porte interdite gardée par un colosse ; il y a la sombre forêt et sa meute de loups haletants ; et bien sûr il y a l’ogre. Ce dernier est l’un des atouts du film et l’on sait depuis l’adage hitchcockien que plus le méchant est réussi, plus le film l’est. Leslie Banks s’avère excellent en aristocrate suave et inquiétant, rôle archétypale qu’il habite avec une grande conviction. Pour preuve de son talent, la scène où il présente sa salle des trophées à ses prisonniers a été écourtée par la RKO suite aux premières previews. [Olivier Bitoun - dvdclassik.com]

RAPPEL DE LA PROGRAMMATION DANS LE CADRE 
DU FESTIVAL DES MAUDITS FILMS 2019

(Détails dans le programme spécial dédié)
Mardi 22 janvier, 20h
    EL TOPO (Alexandro Jodorowsky)
    (Interdit aux -12 ans) 
Mercredi 23 janvier, 18h
    SOLEIL DE FEU (Interdit aux -16 ans lors de sa sortie en salle – Larry Spiegel)
Samedi 26 janvier, 18h
    LE MONDE PERDU (Irwin Allen)
Samedi 26 janvier : Double Séances
    20h : GRINDHOUSE PINK FLAMINGO (John Waters)
    (Interdit aux -16 ans lors de sa sortie en salle)
    22h : CAPTAIN ORGAZMO (Trey Parker et Matt Stone)
    (Interdit aux -12 ans lors de sa sortie en salle)

 

 

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Radio Campus Grenoble

13-03-2015 Hits:11579 Partenaires Christophe

Radio Campus Grenoble Bâtiment EVE 701 avenue centrale – Domaine universitaire 38400 Saint Martin d’Hères cedex Tél :04 56 52 85 20

En savoir plus...

Ville de Grenoble

12-12-2014 Hits:12489 Partenaires Christophe

Hôtel de Ville de Grenoble 11, boulevard Jean Pain CS 91066 38021 Grenoble Cedex 1 Tél. 04 76 76 36 36 Fax 04 76 76 39 40

En savoir plus...