Menu
A+ A A-
Corruption

Corruption (4)

Le 23/05/2018 La Corruption

Mercredi 23 mai 2018 à 20h
Cinéma Juliet-Berto (Place Saint-André, Grenoble)

Cycle " Corruption " (4/4)

La corruption / La corruzione
Mauro BOLOGNINI (Italie, 1963 - 82 mn)

Mauro Bolognini, la mélancolie à l’italienne
Lorsque l’on vous parle de cinéma italien, le nom de Mauro Bolognini n’est pas le premier qui vient en tête. On pense Antonioni, Fellini, Visconti, Pasolini... Mais ce serait une erreur de minimiser l’œuvre d’un cinéaste qui aura marqué de son empreinte une période du cinéma en Italie.
Pour cela, il convient d’abandonner tous les préjugés et les idées reçues qui ont accompagné la sortie des films de Mauro Bolognini dès les années soixante. Né du côté de la Toscane, à Pistoia en 1922, Il maestro a su faire évoluer son cinéma avec l’air du temps. Une carrière qui début d’abord avec des comédies, comme
Une fille formidable en 1953, film qui signe les débuts de la sublime Sophia Loren au cinéma. La collaboration scénaristique avec Pier Paolo Pasolini opère un chamboulement dans l’œuvre globale du cinéaste italien. D’abord, avec Marisa la civetta en 1957, jusqu’en 1961 où le fruit de leur travail accouchera notamment de Les Jeunes Maris (1958), magnifique film mélancolique sur l’évolution du temps sur la jeunesse italienne, Les Garçons (1959) ou encore Le Bel Antonio (1960), avec le duo Marcello Mastroianni et Claudia Cardinale. 
Architecte de formation, Mauro Bolognini est un cinéaste du mélodrame, cette forme spécifique du cinéma méditerranéen qui se nourrit des dysfonctionnements de la famille. Son propos est souvent pessimiste, éminemment nostalgique. Dès 1961, son émancipation se manifeste avec La viaccia dont le style fera la renommée du cinéaste. Il y raconte l’exil d’un jeune paysan à la ville et son amour impossible pour une prostituée. Mais, Bolognini est aussi un cinéaste engagé. La critique sociale orne une partie de sa longue filmographie. Elle est présente, notamment, dans Quand la chair succombe (1962) et en 1963, avec La Corruption qui décrit les manœuvres d’un père, riche industriel, pour empêcher son fils d’entrer dans les ordres.
[FESTIVAL CINÉMA MÉDITERRANÉEN, MONTPELLIER 21-29 OCTOBRE 2016]

 “ LA CORRUPTION est captivant, chaque plan mériterait d’être observé avec attention. Du grand cinéma !”
Bolognini propose une œuvre d’une grande beauté, à la réalisation extrêmement riche, précise et réfléchie. Rien n’est dû au hasard avec Bolognini. Chaque plan, chaque composition, chaque éclairage et chaque façon dont se succèdent les scènes, est réfléchie avec minutie. Car le réalisateur exprime les choses aussi bien par les dialogues et par son scénario, que par l’ensemble de sa réalisation, fondée en grande partie sur les regards. Des regards sur lesquels il insiste dès le générique, lors de la remise de diplôme de Stefano. Celui-ci observe déjà le monde avec incertitude. A son retour du lycée, il observera cette fois sa mère, internée dans un hôpital et obnubilée par son apparence. Après un échange de regards complices avec un employé de son père, il verra la vraie nature de celui-ci. [...]
Ainsi, même si le grand intérêt de La corruption ne réside pas vraiment dans son histoire, somme toute relativement prévisible, Bolognini parvient à offrir une vision dure mais personnelle du monde. Un monde cruel, vicieux et matériel, qu’incarne Leonardo. Un monde qui n’a plus de valeur, amoral et uniquement dans l’apparence, qu’incarne également Adriana. Enfin, un monde superficiel, formaté et régi par l’argent, qui ne laisse plus de place à l’honnêteté et à l’ouverture vers l’autre. En atteste, cette dernière séquence à la symbolique terrifiante, d’un groupe de gens qui dansent le Madison. De véritables robots réalisant les mêmes pas, dans le même rythme et qui n’échangent cette fois plus aucun regard (le Madison se dansant sans partenaire). On laisse alors Bolognini refermer brillamment son œuvre par un dernier symbole. Comme avec Le Bel Antonio, où Antonio restait face à lui-même devant son miroir, destiné à vivre avec son secret, La corruption se termine de manière tragique, Stefano en larme devant ce monde antipathique qui a eu raison de lui. Un film captivant jusqu’au bout, où chaque plan mériterait d’être observé avec attention. Du grand cinéma !
[Pierre Siclier (leblogducinema.com)]

En savoir plus...

Le 16/05/2018 Les salauds dorment en paix

Mercredi 16 mai 2018 à 20h
Cinéma Juliet-Berto (Place Saint-André, Grenoble)

Cycle " Corruption " (3/4)

Les salauds dorment en paix
Akira KUROSAWA (Japon, 1960 - 151 mn)

Akira Kurosawa à propos de son œuvre cinématographique:
Avec mes films, j’ai cherché avant tout à comprendre mon pays et à le raconter à travers un instrument, le cinéma qui, parmi les moyens de communication et de connaissance dont nous disposons, est celui qui nous permet, dans les ombres qui prennent vie sur l’écran, de reconnaître nos espoirs, nos échecs et nos victoires, d’accentuer nos doutes et de réfléchir à la façon de transformer ces doutes en force pour la conquête du mieux par le moyen de la raison. J’ai toujours cru en la fonction du cinéma en tant que dénonciateur et témoin de la réalité, et en tant que support d’histoires dans lesquelles les enfants puissent connaître leur pères et en tirer un enseignement afin de se former un jugement dont l’Histoire serait la référence. Le cinéma est Histoire et en tant que tel il devrait devenir dans toutes les écoles du monde un complément indispensable de l’enseignement. "
J’ai voulu choisir un sujet valable et profitable à la société, au lieu de chercher seulement le succès commercial. J’en suis arrivé à traiter un sujet d’escroquerie. Parmi les “salauds” en ce monde, les gens qui se servent de l’escroquerie sont pires que les autres. Sous le couvert d’une organisation, ils commettent le mal à un point inimaginable pour les gens ordinaires."[Akira Kurosawa, Aldo Tassone. Paris : Flammarion, 1990 et Edilig, 1983. p. 143].]

Le cinéma d'Akira Kurosawa
Précise. Chaque mouvement de caméra, chaque déplacement d’acteur poursuivent un but. Rien, jamais, n’est laissé au hasard dans ce jeu de pistes à la noirceur insondable. Des bureaux d’entreprises aux ruines d’un Japon peinant à se remettre de la guerre, Kurosawa déroule un message qui pourrait presque paraître sarcastique s’il n’était pas d’un fatalisme glaçant. Avec férocité, le réalisateur semble nous assurer que tout cela est sans fin. Et que, oui, les salauds dormiront bien en paix, semant la mort et le désespoir sur leur passage. Même, Nishi, pose au final la question de la moralité de la vengeance. “ Il est difficile de haïr le mal sans pour autant se laisser posséder par lui”, dira-t-il. [leblogducinema.com]

Fichier téléchargeable: la fiche du film.

En savoir plus...

Le 02/05/2018 Main basse sur la ville

Mercredi 2 mai 2018 à 20h
Cinéma Juliet-Berto (Place Saint-André, Grenoble)

Cycle " Corruption " (2/4)

Main basse sur la ville / Le Mani sulla città
Lion d’or, Venise 1963
Francesco ROSI (Italie, 1963 - 103 mn)

En 1995, Francesco Rosi déclarait à propos de son œuvre cinématographique :
Avec mes films, j’ai cherché avant tout à comprendre mon pays et à le raconter à travers un instrument, le cinéma qui, parmi les moyens de communication et de connaissance dont nous disposons, est celui qui nous permet, dans les ombres qui prennent vie sur l’écran, de reconnaître nos espoirs, nos échecs et nos victoires, d’accentuer nos doutes et de réfléchir à la façon de transformer ces doutes en force pour la conquête du mieux par le moyen de la raison. J’ai toujours cru en la fonction du cinéma en tant que dénonciateur et témoin de la réalité, et en tant que support d’histoires dans lesquelles les enfants puissent connaître leur pères et en tirer un enseignement afin de se former un jugement dont l’Histoire serait la référence. Le cinéma est Histoire et en tant que tel il devrait devenir dans toutes les écoles du monde un complément indispensable de l’enseignement. "

Né en 1922, Rosi quitte sa Naples natale pour tenter sa chance dans le cinéma. Le jeune étudiant monte à Rome où rapidement, il devient assistant de Luchino Visconti. Pour La terre tremble en 1948, puis Bellissima (1951) et Senso (1954). Sur le plateau, Rosi fait tout : script, story-boarder, assistant à la mise en scène, directeur de casting, décorateur... tout en aidant d'autres réalisateurs sur leurs plateaux, tels que Monicelli, Matarazzo ou Antonioni. De fil en aiguille, le napolitain co-réalise Kean avec Vitorrio Gassman puis met en scène, enfin seul, ses deux premiers films en 1958 : Le défiet Profession magliari. Dès ses premières oeuvres se dessine une évidence : l'exigence, née de la fréquentation assidue des salles et d'une passion pour les films noirs américains, ceux de Jules Dassin, de Robert Siodmak, de John Huston ou d'Elia Kazan. Soit des oeuvres populaires aux forts accents sociaux, dont le rythme nerveux n'occulte jamais la société qui les entoure. De cette passion, Rosi gardera un vrai sens du spectacle, même dans ses films les plus politiques. Ainsi, Main basse sur la ville, plongée documentaire dans la technocratie napolitaine, n'en oublie jamais son but premier : parler aux foules, saisir le spectateur pour ne le lâcher qu'à la fin de son enquête. Tourné dans un magnifique format large noir et blanc, le quatrième long-métrage de Francesco Rosi emprunte d'ailleurs au cinéma américain un faste et un sens du rythme digne des meilleurs thrillers : le montage énergique et la science du cadre en imposent d'emblée dans une scène de conseil municipal qui n'est pas sans rappeler les plus belles heures du film de procès américain. Là, dans un décor confiné de salle de mairie, Rosi multiplie les changements d'axes, d'échelles de plans, alternant plongées et contre-plongées pour mieux épouser la frénésie des débats. Même maestria dans une des scènes clé du film, qui voit un taudis s'effondrer sur ses habitants. En trois minutes, Rosi combine tout le spectaculaire du cinéma américain avec le néo-réalisme italien. Fils spirituel de Visconti, Rosi a hérité de son maître une approche formelle éblouissante et un sens aigu de l'Histoire. A Rosseliini, qu'il admire et qui a tant compté pour le cinéma italien d'après-guerre, il emprunte la perspicacité de l'artiste sur son pays d'origine, mélange de pédagogie documentaire et d'acuité politique. [Ronny Chester, dvdclassik.com].

Main basse sur la villeprend fréquemment des allures de film noir, avec une musique à la Melville, un montage très rapide, et une caméra qui change en permanence de perspective et de point de vue. Rythmé par des réunions en sous-main filmées dans une obscurité angoissante (comme la plupart du film), Rosi donne la mesure d’une impossibilité de transparence : comme le dit de Vita, « Tout est en règle mais c’est la règle qui ne va pas ! » Terrifiant, effrayant à plusieurs titres, le film de Francesco Rosi fonctionne sur l’opposition constante : opposition entre le peuple qui refuse de s’en aller face aux constructeurs, opposition entre Nottola et De Vita lors d’une scène particulièrement réussie de confrontation. Nottola montre à son collègue député la modernité de ses immeubles, il est devant lui, mais la caméra prend le point de vue de De Vita, contemplant Nottola au-dessus de la ville, dans une position de régnant sur un balcon, position aussi de l’accusé dans un tribunal.
Mêlant une atmosphère policière et une profonde réflexion sur la responsabilité en politique, Francesco Rosi est l’héritier du néo-réalisme de Rossellini dans la volonté de faire des films comme on commet un acte politique. Mais, comme Rossellini, il dépasse la simple description en la sublimant, en jouant des cadres dramatiques : il utilise le cinéma et ses possibilités pour se faire l’écho d’une réalité sociale, réalité qui n’a pas tellement bougé depuis. [Ariane Beauvillard, critikat.com]

 

En savoir plus...

Le 25/04/2018 La soif du mal

Mercredi 25 avril 2018 à 20h
Cinéma Juliet-Berto (Place Saint-André, Grenoble)

Cycle " Corruption " (1/4)

La Soif du Mal / Touch of Evil

Orson WELLES (États-Unis, 1958 - 95 mn)

" Dis-moi mon avenir ". " Tu n'en as pas ". " Comment ça ? ".
" Ton avenir est épuisé."
 
Tana (Marlene Dietrich) à Quilan (Orson Welles).
" Welles, comme Chaplin ou Hitchcock, sont de ces monuments
auxquels il faudrait consacrer un volume
 " (B. Tavernier).

La critique des "experts du cinéma"
« (…) pour un créateur véritable une histoire, quelle qu’elle soit, n’est qu’un prétexte, et (…) les servitudes du film policier n’ont jamais été de celles qui brident irrémédiablement un talent. La Soif du Mal ne devait être qu’un film de troisième catégorie. S’il est autre chose, c’est qu’Orson Welles y a posé sa griffe et que cette griffe est celle d’un grand fauve de l’écran. »
(Jean de Baroncelli Le Monde – 7 juin 1958).
« Orson Welles démontre une fois de plus qu’il n’est pas de petit sujet pour un grand artiste. D’un roman policier courant, fait par n’importe qui, il a tiré une œuvre d’art étrange et noire, d’un style admirable, pleine de cette poésie puissante et saugrenue qui s’épanouissait dans La dame de Shanghai. (…) La Soif du mal, en plus de toutes ses richesses poétiques, plastiques, intellectuelles, est un film passionnant, aussi passionnant qu’un bon film policier. »
(Carrefour – 11 juin 1958).
« Jeu (intellectuel) de cache-cache ou expression sincère d’un tourment personnel ! Le film de Welles est tout à la fois, passionnant et haïssable. La mise en scène, fondée sur des travellings interminables et de savants effets de profondeur de champ, est d’un brio prodigieux. »
(Jean RougerieuxImage et Son N°113 – Juin 1958).
« C’est un film qui nous humilie un peu parce qu’il est celui d’un homme qui pense beaucoup plus vite que nous, beaucoup mieux et qui nous jette à la figure une image merveilleuse alors que nous sommes encore sous l’éblouissement de la précédente. D’où cette rapidité, ce vertige, cette accélération qui nous entraîne vers l’ivresse. Qu’il nous reste toutefois suffisamment de goût, de sensibilité et d’intuition pour admettre que cela est grand et que cela est beau. »
(François Truffaut Arts – 4 Juin 1958).
« Mêlant les longues prises acrobatiques aux plans courts et aux flashes d’un éclat violent, Welles fait passer à travers tout son film un rythme prodigieux, une sorte de mélodie de la vitesse qui précipite cette aventure vers son dénouement tragique. Tant de sûreté et de force dans l’emploi d’une technique au maniement difficile est celle d’un maître. Sur un petit sujet et dans un genre qu’il est le premier à mépriser, Welles a su néanmoins retrouver la grandeur et nous prouver une fois de plus son génie. »
(André Bazin  Radio Cinéma – 15 juin 1958).
« Pour retracer cette histoire où s’affrontent éternellement en un combat douteux l’ombre et la lumière, Welles utilise à merveille les splendeurs de l’art baroque. Aussi ne faut-il pas le prendre au pied de la lettre, quand il affirme qu’il a choisi un style baroque uniquement parce que les autres metteurs en scène ne l’ont pas fait. Il y a, au contraire, parfaite adéquation entre la vision d’un monde de démesure et de frénésie et l’expression torturée, saccadée, déformée, de ce monde. »
(Jean DomarchiLes Cahiers du Cinéma – Juillet 1958).

Pointes jointes: Fiche du film et Dossier "Lycéens au cinéma"

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Radio Campus Grenoble

13-03-2015 Hits:11114 Partenaires Christophe

Radio Campus Grenoble Bâtiment EVE 701 avenue centrale – Domaine universitaire 38400 Saint Martin d’Hères cedex Tél :04 56 52 85 20

En savoir plus...

Ville de Grenoble

12-12-2014 Hits:12003 Partenaires Christophe

Hôtel de Ville de Grenoble 11, boulevard Jean Pain CS 91066 38021 Grenoble Cedex 1 Tél. 04 76 76 36 36 Fax 04 76 76 39 40

En savoir plus...